Communiqué du comité « Oui à l’énergie éolienne » / 27.08.2020

    Catégorie : Actualités

Parc éolien des 4 Bornes: l’église au milieu du village

Les opposants au parc éolien des 4 Bornes ont tenu leur conférence de lancement de la campagne mercredi 26 août. Plusieurs des points traités ne peuvent pas rester en l’état et méritent des réponses adéquates et objectives. Dans un premier temps, le comité pour le « Oui à l’énergie éolienne » tient à corriger cinq arguments. Des réponses plus détaillées seront publiées ultérieurement.

Premièrement, on ne peut pas assimiler les parcs éoliens aux « zones industrielles » comme le fait le comité des opposants. A Mont-Crosin, la présence des éoliennes ne pose pas de problème. La région accueille davantage de promeneurs et de curieux depuis que les éoliennes tournent sur la montagne. La comparaison est particulièrement abusive si l’on considère les grands efforts de compensation consentis pour le parc des 4 Bornes. Certaines espèces animales et végétales se porteront mieux avec le parc que sans le parc.

Deuxièmement, on ne peut pas rejeter le projet en raison de la part de production qu’il engendra en comparaison avec d’autres grandes sources d’énergie. Chaque pierre compte dans l’édifice de l’énergie renouvelable et locale. Aucune nouvelle centrale respectant ces deux critères (renouvelable et local) ne remplacera la production nucléaire ou un grand barrage. La production des nouvelles énergies passera par la multiplication des moyens modernes que sont le solaire, l’éolien, la biomasse, la petite hydraulique.

Troisièmement, il faut rappeler l’origine des subventions aux nouvelles énergies. Ces dernières ne sont tout simplement pas envisageables sans un soutien initial de l’Etat. On a vu en Allemagne que les énergies fossiles ne peuvent pas être concurrencées sans soutien financier fédéral. Chez nous aussi, l’honnêteté intellectuelle devrait présider à la réflexion. Les subventions sont destinées à rendre la transformation de notre production électrique possible. Sans soutien, les sources renouvelables ne seraient pas rentables et donc aucun investisseur ne s’y intéresserait. Rappelons au passage que le parc des 4 Bornes rapportera environ 200’000 francs par année à la commune de Sonvilier et que les retombées économiques pour les entreprises régionales sont estimées à 20 millions, plus 4,5 millions pour le tissu industriel local.

Quatrièmement, à part les opposants, tout le monde sait que l’électricité circule sans aucune frontière. Le fait d’injecter du courant à un endroit précis ne signifie pas que cette électricité ne sera pas disponible ailleurs. On pourra acheter à Sonvilier, Locarno ou Zurich de l’électricité verte produite aux 4 Bornes et transitant par le canton de Neuchâtel.

Enfin, les opposants reviennent sur le thème populiste de la perte des valeurs immobilières. En Suisse, il n’y pas d’exemple de pertes de valeurs immobilières consécutives à la création de parcs éoliens. Prenons un cas qui a fait couler beaucoup d’encre et provoqué de grandes émotions, celui de Charrat en Valais. Depuis l’implantation de la plus grande éolienne du pays, Adonis, la population a augmenté de 10% et le prix des terrains de 5,5%. Aucune baisse des valeurs immobilières.

Revenons donc au débat, essentiel dans notre démocratie. Il est parfaitement normal d’échanger des arguments avant une votation populaire. Le comité « Oui à l’énergie éolienne » souhaite toutefois que la vérité ne soit pas travestie dans le seul but de gagner des voix. Il faut mettre l’église au milieu du village.

Comité « Oui à l’énergie éolienne »
Marc Jean-Mairet, président, Sonvilier, 079 342 46 91